Depuis Les eaux profondes, son premier album remarqué en 2011, Laetitia Velma continue de se construire une place à part dans le paysage musical. Si pour ce premier disque elle s’était (très) bien entourée en produisant les titres avec Dominique A et une dream team de la pop belge (Pierre Jacquemin de Venus, Julien Paschal de Sharko et le regrett. Denis Wielemans de Girls in Hawaii), c’est en solitaire qu’elle vient présenter ses nouvelles chansons composées au piano. Il faut se laisser porter par le souffle mélodique de ces nouveaux morceaux et s’y perdre, comme dans une ballade hors des chemins balisés qui évoquerait les climats brumeux des chansons de Yann Tiersen, Bat for Lashes ou El Perro del Mar.