à partir des Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach
(également le 13 mars à 20h30)

Artiste engagé au parcours riche (formé à l’Opéra de Paris qu’il quitte pour suivre le courant de la Nouvelle danse française), le danseur et chorégraphe Loïc Touzé s’empare pour sa dernière création d’un monument de la musique classique : Les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, interprétées sur scène au clavecin par Blandine Rannou. C’est pour cette raison que ce spectacle de danse a toute sa place dans le festival !

C’est cette notion de « variation » qui a inspiré Loïc Touzé, pour qui « Les Variations Goldberg offrent un inépuisable territoire d’investigation pour le mouvement ». Le chorégraphe a choisi de regarder et de donner à voir ce qui, dans un même geste reproduit, fait dissemblance. Changer de position, changer la prise, l’angle de vue, l’intention, le récit en conservant une même ligne directrice, telle la ligne de basse de l’œuvre de Bach. Ce spectacle offre une exploration visuelle de la notion de « phrasé » et incite au renouvellement de la perception que l’on peut avoir d’une chose déjà connue.

« La douceur de ces mélodies que nous connaissons tous est une énergie joyeuse inestimable. Je veux partager cela et danser » : avec de telles intentions, gageons que Forme simple saura ouvrir au public de nouvelles perceptions.