En alliant la douceur du piano aux boucles électroniques, Niklas Paschburg marche dans les pas de Nils Frahms, Ólafur Arnalds ou encore Max Richter, ces artistes représentatifs de la scène néo-classique.
Deux ans après Oceanic qui l’a révélé, le jeune compositeur allemand s’est rendu à Svalbard, archipel de l’océan Arctique situé entre Norvège et Pôle Nord pour enregistrer son deuxième album. De cette retraite artistique, il ressort un opus calme et mélancolique dans lequel cohabitent piano classique, accordéon, harmonium électrique et autres instruments électroniques. La nature vierge, le cycle des saisons, les éléments déchaînés trouvent ici leur décor sonore.
__
Voir le concert (le jour J à l’horaire indiqué):

crédit vidéo : Arianna Tocco
_
Un extrait sonore ?