Le génie de Bach se mesure à la fascination qu’il exerce depuis près de trois siècles sur les musiciens de tous horizons. Les pianistes de jazz, notamment, n’ont cessé de scruter ses partitions, apportant dans leurs propositions une liberté que l’on refuse souvent aux interprètes classiques. Avec une admirable humilité et une inventivité grisante, le pianiste Édouard Ferlet et la claveciniste Violaine Cochard mêlent les sonorités de leurs instruments pour ouvrir les portes d’un univers personnel dont la divinité est le Cantor de Leipzig. Les originaux de Bach au clavecin, les créations d’Édouard Ferlet au piano composent un superbe concert où Bach règne en majesté et en liberté.