À 35 ans, Yaron Herman a déjà enregistré huit albums et conquis un public bien au-delà du cercle des initiés. Disciple de l’œuvre de Keith Jarrett et du musicien Opher Brayer (réputé pour son enseignement basé sur les mathématiques, la philosophie et la psychologie), Yaron Herman se révèle un jeune pianiste surdoué qui acquiert une maîtrise du clavier avec une fulgurance hors norme. Le pianiste israélien a fait du chemin : récompensé par une Victoire de la Musique en 2008, Yaron Herman a multiplié les expériences sonores avec une inlassable gourmandise. Cet ancien basketteur, adepte du grand écart, passe de Gabriel Fauré à Britney Spears, de Michel Portal à la trompette d’Avishai Cohen, de l’improvisation à la pop. Blue Note lui renouvelle sa confiance et produit son nouvel album Song of the Degrees (sortie : 15 février 2019). L’occasion d’y retrouver un Yaron Herman au sommet de son art en compagnie de Ziv Ravitz à la batterie et Sam Minaie, contrebassiste par ailleurs de Tigran et Melody Gardot. Sur scène, les trois instrumentistes incarnent “l’interplay” : “le jouer ensemble” en jazz.